Mercier et associes
 

jean maneval

 

Maneval étudie à l’Ecole des beaux-arts de Paris, puis à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris. Pensionnaire de l’Institut en Grande Bretagne en 1952, il s’inscrit à l’ordre des architectes en 1954. Son premier projet porte sur les plans de la zone industrielle de Lacq, puis il conçoit la première ville nouvelle de l’après-guerre en France à Mourenx dans les Pyrénées pour la SCIC. Parallèlement, il s’intéresse à l’architecture d’avant-garde, il connaît les recherches de Ionel Schein, qu’il rencontre par l’intermédiaire de Michel Ragon, et s’intéressent à celles de Jean-Louis Chanéac et Pascal Haüsermann. De plus, son séjour en Angleterre l’a initié à l’architecture visionnaire d’Archigram (capsules en plastiques de Warren Chalk…). Maneval oriente ses recherches sur la maison en plastique, il développe alors un partenariat avec les Pétroles d’Aquitaine, devenue Elf aujourd’hui, cette relation privilégiée est à l’origine de la seule réussite de commercialisation d’une maison entièrement en plastique (la Maison Bulle 6 coques).
Maneval participe à de nombreuses études urbaines pour les villes nouvelles et réalise d’importants ensembles d’habitation avec la Société centrale immobilière de la Caisse des dépôts et la Société Central pour l’Equipement du territoire.
Il travaille également à l’aménagement du littoral en Languedoc, puis pour les stations de sports d’hiver de Belleville dans les Alpes, de Gourette et Pierre St Martin dans les Pyrénées.
Au milieu des années 70, il s’oriente vers des projets internationaux : aménagement du port de Beyrouth, reconstruction d’Agadir, projets pour Buenos-Aires. Après 1977, il travaille aux Etats-Unis sur la banlieue de Washington.



MAISON BULLE 6 coques
1968

Matériaux : coque en polyester armé, isolation mousse de polyuréthane. Baies en méthacrylate de forme bombé
Technique : 6 coques assemblées entre elles par des joints étanches démontables et fixés sur un soubassement en béton ou aggloméré de ciment enduit sur lequel est boulonné un cadre métallique en fer de forme hexagonale
Superficie : 36m2
Dimensions de chaque coque : 12,50m – Prof.2,30m – H. 3,00m
Poids : chaque coque pèse 210kg. Structure entière : 1500 kg soit 1,5 tonnes
Le poids des coques rend obligatoire l’utilisation d’un engin de levage pour leur mise en place.



Œuvre exposée :
1967 Bâtimat
1968 Triennale de Milan

Bibliographie:
Maisons plastiques, L’Architecture d’Aujourd’hui, n°148, 1970
Philippe Bancilhon, Jean Benjamin Maneval la Bulle six coques, Editions Jean-Michel Place, 2004


Historique de la provenance:

En 1956, la France marquait une avance considérable conceptuellement et techniquement en présentant la première maison en matière plastique. Grâce à l’architecte Ionel Schein, ce projet pouvait voir le jour et recevoir un écho enthousiaste du monde entier.
Présentée au Salon des Arts Ménagers en 1956, cette maison restera à l’état de prototype. Il faudra attendre le projet de l’architecte-urbaniste et théoricien Jean Maneval pour qu’une unité d’habitation entièrement réalisée en matériaux de synthèse soit fabriquée en série et commercialisée. Conçue en 1964, industrialisée à partir de 1968 par la société Bâti-plastique, créée par Jean Maneval en partenariat avec les Pétroles Aquitaine, la bulle six coques de Jean Maneval fera l’objet d’un programme d’équipement d’un village de vacances expérimental pour le Comité d’Entreprise des Pétroles d’Aquitaine implanté à Gripp dans les Hautes-Pyrénées. Cet ensemble comprend vingt maison bulles identiques (une bulle sur les vingt est tournante – commande et moteur électrique, il s’agit du prototype) fabriqué en usine avec un montage minimum sur le chantier, et qui, par leur forme et leur couleur (blanc, vert, marron), s’intègrent parfaitement dans le paysage. Chaque cellule est constituée de six coques assemblées entre elles par des joints étanches démontables et suspendues à une charpente métallique qui repose sur un socle en béton et supporte le plancher. Une calotte hémisphérique couronne l’ensemble. Les coques sont réalisées en polyester armé avec isolation par mousse de polyuréthane, les baies toute hauteur en méthacrylate. La surface habitable est de 36m2 environ, le poids de chaque élément 210kg. La cellule est équipé de son mobilier intégré d’origine (bois et métal) conçu par l’architecte pour s’adapter aux formes courbes des coques (coin repas, sanitaires, lits…). L’ensemble est complété par un escalier métallique indépendant en colimasson .
La fabrication de ces bulles s’arrêtera vers 1970 et restera limitée à une trentaine d’exemplaires (habitats de vacances et résidences secondaires). Le village de vacances de Gripp restera en service jusqu’en 1998.


Jean Benjamin MANEVAL (1923-1986)  MAISON BULLE 6 coques 1968 Jean Benjamin MANEVAL (1923-1986)  MAISON BULLE 6 coques 1968 Jean Benjamin MANEVAL (1923-1986)  MAISON BULLE 6 coques 1968 Jean Benjamin MANEVAL (1923-1986)  MAISON BULLE 6 coques 1968 Jean Benjamin MANEVAL (1923-1986)  MAISON BULLE 6 coques 1968