Mercier et associes
 

charlotte perriand

 

Entrée en 1920 à l’ENSAD, Charlotte Perriand se fait remarquer au Salon d’Automne de 1927 en exposant Le Bar sous le toit. Ce succès la conduit à rejoindre l’atelier de Le Corbusier. Membre fondateur de l’UAM en 1929, elle présente au Salon d’Automne la fameuse chaise longue réalisée avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret dans des matériaux industriels. Elle travaille aux côtés de Le Corbusier à l’aménagement du Pavillon Suisse à la Cité universitaire (1930-1932), puis à la cité du refuge de l’Armée du Salut (1932). En 1938, Charlotte Perriand dessine ses premières tables en bois de forme libre. En 1940, elle part au Japon en tant que conseillère en art industriel. Le Japon la confortera dans sa volonté de marier tradition et modernité. De retour en France, elle travaille à l’équipement de la station Méribel-les-Allues, puis reprend ses recherches sur les éléments de rangements normalisés en métal, plastique et bois, vendus chez Steph Simon à partir de 1956. En 1950, elle équipe d’une cuisine prototype I, l’Unité d’habitation de Le Corbusier à Marseille et commence en 1952 à travailler pour Air France, elle collabore notamment avec les ateliers Jean Prouvé à l’aménagement de l’immeuble Air France à Brazzaville (1952). Elle fait équipe avec lui lors de l’aménagement de la Cité Universitaire de Paris (1953) : maison du Mexique, maison de la Tunisie. C’est à Tokyo à l’occasion de l’exposition Proposition d’une synthèse des arts (1955), qu’elle montre ses plus récentes créations : sièges et tables empilables en contre-plaqué moulé, diffusés par la galerie Steph Simon. Steph Simon édite en exclusivité son mobilier et aménage en 1959 la maison du Brésil à la Cité universitaire. De 1962 à 1968, elle effectue des voyages répétés au Brésil et en Amérique du Sud, et jusqu’en 1982, elle anime un bureau d’études pour la station des Arcs en Savoie.