Mercier et associes
 

Les Frères Baschet

 

Bernard (né en 1917), ingénieur de l’Ecole Centrale de Paris et François (né en 1920) initié à la sculpture par Hubert Yencesse et Emmanuel Auricoste, se sont attachés depuis les années 50 à explorer les rapports existant entre le son et la forme.
Contemporains de Pierre Schaeffer et Pierre Henry, les précurseurs de la musique concrète (sons électroniques), les recherches des frères Baschet s’orientent vers la conception d’une nouvelle instrumentation acoustique. Dès 1952, ils mettent au point leur première sculpture sonore, le fameux Cristal Baschet. Cet instrument de musique de renommée internationale est toujours fabriqué et n’a cessé d’évoluer (deux octaves et demi en 1955, un peu plus de cinq octaves en 2010). Ils fondent en 1955 avec les compositeurs Jacques et Yvonne Lasry un ensemble instrumental connu sous le nom de « Structures sonores Lasry-Baschet ». Cette famille d’instruments aux formes et aux sons nouveaux : Tôle à voix, Trombone Baschet…, utilisent des « résonateurs » fabriqués selon une technique de pliage proche des origamis japonais. Le groupe Lasry-Baschet produit de 1955 à 1965 de nombreuses musiques pour la radio, le cinéma, notamment le Testament d’Orphée de Jean Cocteau et une vingtaine de disques. Cette recherche instrumentale se poursuivra jusqu’à la création dans les années 70 d’un outil pédagogique destiné à l’éveil musical des enfants appelé instrumentarium (ensemble de quatorze structures sonores).

Alexander Calder s’intéresse de près à leur travail. En 1964, les frères Baschet exposent au Musée des Arts Décoratifs de Paris et en 1965 au Musée d’Art Moderne de New York, cette dernière exposition durera quatre mois, Alfred Barr alors directeur du MoMA est plus qu’élogieux : « cette synthèse du son et de la forme est la seule chose nouvelle qui nous soit parvenue d’Europe depuis la guerre ».
Un exemplaire du Cristal de 1970 ayant appartenu au musicien Michel Deneuve sera exposé aux côtés d’une guitare gonflable, la Gonflandoline conçue en 1952 par François Baschet, qui a l’idée de remplacer la caisse de résonance d’une guitare classique par une vessie en matière plastique; avec elle il entreprend le tour du monde.

Poursuivant ce travail de synthèse entre le son et la forme et sur les conseils d’Iris Clert, les frères Baschet construisent une série d’objets-sculptures. En écho au mouvement cinétique de l’époque, cette recherche formelle s’épanouit dans le cadre des projets pour le 1% en architecture. Dans les années 60/70, tous deux collaborent avec des architectes et des artistes connus (Michel Andrault et Pierre Parat, André Gutton, Alicia Moï, Alain Villeminot …), ils conçoivent plusieurs sculptures, fontaines et signaux sonores sur lesquels le public est invité à intervenir. Seront également exposées différentes études liées à ces projets, des sculptures Silences et des maquettes.

Remarqués à New York par le photographe et réalisateur William Klein, les frères Baschet réalisent en 1966 quinze robes en métal plié pour le film Qui êtes-vous Polly Maggoo ?, produit par Robert Delpire (prix Jean Vigo 1967). Parodie des défilés de mode, on garde en mémoire cette scène culte où les mannequins défilent dans la sculpture-habitacle de l’architecte André Bloc à Meudon, sous l’oeil averti de la presse féminine : « Vous êtes un galvaniseur et je suis galvanisée ». Parmi les journalistes de mode on peut reconnaître Andrée Putman. Quatre de ces robes sont aujourd’hui conservées dans les collections du musée des Arts Décoratifs de Paris, trois autres modèles ont été présentées récemment au Metropolitan Museum de New York dans l’exposition The Model as Muse (2009).


Les frères Baschet. Robes pour le film Qui êtes-vous Polly Magoo ?